Qu’avez-vous l’intention de vivre aujourd’hui?

Qu’avez-vous l’intention de vivre aujourd’hui?

J’ai envie de vous partager une petite pépite: une de ces choses simples qui prend peu de temps et peut faire toute la différence.

Quand je me lève le matin et que j’y pense, je me pose la question suivante: “Qu’ai-je l’intention de vivre aujourd’hui?” Poser une intention sur sa journée permet de clarifier nos buts, nos valeurs, nos objectifs.  Lorsque nous sommes conscients de notre intention, notre cerveau va d’office en tenir compte lors des choix que nous ferons au fil des heures. Je me dis même parfois: “Qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour que ce soir je sois contente de ma journée?”

l' intention

Deux pièges à éviter

1. Il ne s’agit pas de dire “Je devrais”, “Il faut que”. Il s’agit de poser notre intention de faire quelque-chose. Les termes “J’ai envie de”, “Je choisis de”, “Je souhaite”, “Je veux”, “Je voudrais” sont plus adaptés. Pourquoi? Parce que l’obligation tue l’envie. La contrainte crée la résistance. Nous sentir obligés de faire quelque chose est la meilleure façon de nous éloigner de nos objectifs.

Si je me dis “Aujourd’hui, je dois rédiger un article.”, cela me pèse avant même de poser les doigts sur mon clavier. Avez-vous déjà vécu ces moments où vous avez plein de choses à faire avant de commencer? Prendre une tasse de thé, vérifier vos mails, trainer ‘brièvement’ sur les réseaux sociaux, faire un peu de ménage, passer un ou deux coups de téléphone…

rédiger clavierSi je me dis “J’ai envie de rédiger un article aujourd’hui.”, j’ai le sourire aux lèvres et je suis contente de m’y mettre. Je me sers quand même une tasse de thé, je vais quand même vérifier mes mails… et je m’y mets! Facebook me semble moins intéressant. Le ménage et les coups de fil attendront. Mon intention est posée et j’ai envie d’y répondre.

2. J’ai remarqué aussi que lorsque je me dis que je veux “essayer de”, ça ne fonctionne pas aussi bien. Pourquoi? Parce que mon cerveau répond à mon intention: j’ai décidé d’essayer, je n’ai pas dit que j’allais le faire… Même si je ne fais rien au final, pour lui la mission est accomplie: j’ai essayé. Je n’ai peut-être pas réussi, mais j’ai rejoint mon intention d’essayer.

Je ne suis pas en train de vous dire que j’arrive systématiquement à faire ce que je souhaite. Je suis simplement en train d’attirer votre attention sur un piège: lorsque nous avons un peu de mal à nous motiver, notre cerveau profite de toute occasion pour se défiler. De la même manière, lorsque notre intention est claire, notre cerveau a tendance à faire des choix en fonction.

Quel type d’intention?

Je peux avoir l’intention de faire quelque chose. Il est important dans ce cas-là que l’objectif soit ‘SMART’:

  • Simple et spécifique (concret)
  • Mesurable
  • Approprié (ni trop ambitieux, ni trop peu)
  • Réaliste
  • Temporel (défini dans le temps)

Par exemple: j’ai envie de rédiger un article en moins de deux heures ce matin. C’est ambitieux parce que je passe généralement bien plus de deux heures sur un article, mais ça reste réaliste vu le sujet. C’est concret, défini dans le temps et mesurable: je pourrai voir à la fin de la matinée si je l’ai fait ou pas.

De plus en plus souvent, je pose des intention en termes d’être.

Par exemple, lors d’une présentation récente, je me suis dis que j’aimerais avoir les idées claires (pour moi-même) malgré le stress, parvenir à m’exprimer clairement (pour les autres) et rester bienveillante avec moi-même au cas où je ne serais pas à la hauteur de mes attentes. Mon intention était d’être dans la clarté et la bienveillance. Ce ne sont pas dans ce cas des objectifs ‘SMART’; ce sont des besoins que j’aimerais nourrir.

Prêts à aller plus loin?

La même technique peut être utilisée à tout moment: lors d’une discussion, dans le cadre professionnel, dans notre couple, avec nos enfants, … Quelle est mon intention? Avoir raison, gagner quelque chose quitte à ce que ce soit au détriment de l’autre? Rester dans la bienveillance et le respect de chacun? Faire passer la relation avant le résultat? Ou l’inverse? Jusqu’où suis–je prête à aller pour avoir ce que je veux? Qu’est-ce que je souhaite vraiment?

Mon propos n’est pas de dire qu’il ‘faut’ toujours tendre la main aux autres. Je ne suis d’ailleurs pas adepte du ‘monde bisounours’. Pour prendre un exemple tout simple: auto stoppeuril m’arrive de voir un auto-stoppeur et de m’arrêter parce que mon intention est d’aider. Il m’arrive de ne pas m’arrêter parce que mon intention est de m’éviter du stress. Si je ne suis pas au clair avec mon intention, il se peut que j’ouvre la portière en me disant “Oh mais qu’est-ce que je suis en train de faire!?”. Ou au contraire que je regrette de ne pas m’être arrêtée en me disant: “J’aurais dû m’arrêter, il pleut en plus!”

Mon propos est de nous inviter à être clair sur notre intention pour nous mêmes. Mes actions en découlent et je suis ainsi de moins en moins surprise ou déçue des conséquences de ces actes ou de mes paroles. J’ai une vision plus claire sur ce que je veux, et il y a ainsi plus de cohérence vis-à-vis de ce que je fais et de ce que j’obtiens. C’est tout le bien que je vous souhaite!

Vous avez aimé cet article? Commentez ou cliquez sur:

Une réaction au sujet de « Qu’avez-vous l’intention de vivre aujourd’hui? »

  1. Merci pour cet article très clair 🙂 j’apprécie bcp la distinction entre intention de faire et intention d’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *