Vous arrive-t-il de culpabiliser?

Vous arrive-t-il de culpabiliser?

Lourde et pesante, la culpabilité est paralysante. Nos pensées tournent en rond dans notre tête comme un hamster le ferait dans sa roue: de l’énergie dépensée sans que cela ne serve véritablement à quelque chose. Sans parler de l’estime de soi qui en prend un coup. Et si on changeait ça?

CNV culpabilité hamster

Se libérer de la culpabilité:

Je vous propose de prendre une situation qui a eu lieu: Qu’avez-vous fait ou dit et que vous regrettez maintenant? Ou bien que n’avez vous pas fait / dit? Je vais prendre une situation simple à titre d’exemple.

Il y a quelques jours, j’attendais un coup de fil d’une personne qui devait me rappeler vers 20h30. Vu que cet entretien téléphonique était important pour moi, je me suis dépêchée de mettre mon fils au lit pour être certaine d’être disponible à 20h30. Je ne lui ai pas lu d’histoire ce soir-là, lui expliquant que pour une fois, je n’avais pas le temps. A 21h, n’ayant pas de nouvelles, j’ai envoyé un message à la personne. Finalement elle a eu un empêchement et ne m’a pas contactée ce soir-là.

Je m’en suis voulu parce que le moment du coucher était ce jour-là le seul moment privilégié que j’avais avec mon fils. Je ne l’avais pas vu beaucoup de la journée et j’ai réduit ce moment au minimum… pour rien.

Que propose la Communication NonViolente?

La CNV propose de travailler en deux temps. Je peux considérer qu’il y a un moment T1 : le moment où j’ai choisi de ne pas lire d’histoire à mon fils; et un moment T2: le moment où je regrette de ne pas lui avoir lu d’histoire. La culpabilité vient du fait que je ne suis pas en accord avec moi-même. On peut considérer que j’ai deux parties en moi qui sont en conflit. Au T1, mon « responsable des choix » m’a incitée à agir comme je l’ai fait. Au T2, mon « éducateur interne » me reproche d’avoir fait ce choix. Je vais donc écouter chacune de ces parties pour prendre conscience de leurs besoins respectifs.

culpabiliser éducateur communication non violentePersonnellement, quand je culpabilise, je n’entends plus que la voix de mon « éducateur interne »–  celui qui me dit “Tu aurais dû!”/ “Tu n’aurais pas dû!” Je vais donc commencer par lui.

Etape 1 :

Notre éducateur interne a bien sûr de très bonnes intentions: celle de nous faire évoluer vers un mieux. Le souci est que nous nous faisons des reproches, nous nous rabaissons, etc. Nous nous sentons alors de plus en plus mal et notre énergie est en chute libre. La Communication NonViolente nous invite à traduire ce langage « chacal » destructeur en langage « girafe » constructif.

Voici les étapes de cette traduction:

  • Quelle est l’observation? Je n’ai pas lu d’histoire à mon fils ce soir-là. Le coup de fil que j’attendais n’a pas eu lieu.
  • Quelles sont mes pensées? J’aurais dû lui lire cette histoire. C’est quand même grave de faire passer un coup de fil avant mon fils! Surtout que finalement il n’a même pas eu lieu. Et en plus je ne l’ai presque pas vu ce jour-là! Et j’étais encore prise le lendemain, donc pendant plusieurs jours je ne me suis pas beaucoup occupée de lui…
  • Comment est-ce que je me sens? Quand je pense à tout ça, je suis agacée, fâchée.
  • Pourquoi? Quels sont les besoins qui n’ont pas été satisfaits? Le partage et l’intimité avec mon fils, l’équilibre entre le travail et ma vie privée, le discernement (je voudrais avoir conscience de mes valeurs, ne pas les oublier), faire le meilleur usage de mon temps (j’ai attendu en vain).
  • Comment est-ce que je me sens maintenant que j’ai conscience de ces besoins? Je suis triste et déçue.

Cette tristesse et cette déception sont les sentiments que j’éprouve lorsque je mesure le décalage entre les besoins que j’aurais aimé combler et la réalité telle qu’elle est. Il est important de prendre le temps de vivre ces regrets pour en faire le deuil.

choix culpabilité CNV

Etape 2 :

Je vais ensuite passer à la deuxième étape: écouter le « responsable des choix ». Au moment où j’ai décidé de ne pas lui lire d’histoire pour être disponible pour mon coup de fil, je voulais me montrer souple et flexible vis-à-vis de la personne qui allait me téléphoner. Je voulais qu’elle sache qu’elle pouvait compter sur moi: je ne voulais pas risquer de rater son appel. Je trouvais compliqué de décrocher en étant en plein milieu de l’histoire.

  • Quels sont les besoins que j’ai comblés en agissant comme je l’ai fait? Des besoins de souplesse, d’ouverture, de flexibilité, de fiabilité, de tranquillité d’esprit, de simplicité.

 

Devenir responsable

Une fois que j’ai écouté l’ « éducateur » et le « responsable des choix », je prends un temps pour voir la situation de façon plus globale.

  • Comment est-ce que je me sens maintenant que j’ai conscience de ces besoins? Je suis touchée de voir tous les besoins que j’ai essayé de satisfaire à ce moment-là. Et quand je regarde le tableau complet (T1 + T2), je me sens mitigée: à la fois plus sereine et en même temps je suis triste (voir ci-dessus).

Je peux voir qu’à un moment donné j’ai posé un acte avec le contexte dans lequel j’étais, les moyens que j’avais à disposition et la conscience qui était la mienne à ce moment-là. Je me suis ensuite rendu compte que cette action ignorait certains besoins qui sont importants pour moi. Maintenant j’ai conscience de ces besoins et je vais pouvoir faire une demande en prenant en compte ces nouveaux éléments:

  • Si une situation similaire se reproduit, comment aimerais-je agir? J’aimerais prévenir la personne qui veut me contacter en soirée qu’il se peut que je sois occupée avec mon fils. Lui demander dans ce cas si je peux la rappeler quand je suis disponible ou si nous pouvons prévoir un autre moment.

La Communication NonViolente nous aide donc à passer de la culpabilité à la responsabilité – d’une voie sans issue à un chemin d’évolution plus en accord avec nos valeurs.

voie sans issue

chemin d'évolution CNV

Et vous, avez-vous pu faire les différentes étapes en lien avec une situation que vous avez choisie?

NB: Cet article n’a pas la prétention de pouvoir résoudre toute forme de culpabilité, mais simplement de tendre à acquérir une attitude plus responsable, plus constructive et plus légère. Pour aller plus loin ou pour des situations complexes, la participation  un atelier ou un accompagnement individuel peut s’avérer utile.

Cet article vous a plu? Cliquez sur:

Recherches utilisées pour trouver cet article:rue Joseph Wauters 35 7120 Haulchin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *